Trois salariés d'Epimut

Au-delà de proposer à petits prix des produits alimentaires à des familles en difficultés orientées par les services sociaux, Epimut, l’épicerie sociale et solidaire de la Mutualité Française
Bourguignonne décline de nombreuses animations favorisant le lien social (sorties plein air, ateliers cuisine, coiffure, sophrologie, relaxation…).
Avec la crise du Covid-19 c’est toute l’organisation et le fonctionnement d’Epimut qui ont été bousculés. «Dès le mois de mars, nous avons dû rapidement nous adapter pour maintenir le service aux familles. Car avec le confinement, nous avons perdu les services ménagers / propreté et surtout l’appui de la vingtaine de bénévoles qui participent en temps normal à l’accueil du public, à la mise en rayon des produits, aux encaissements… Seuls les 3 salariés sont restés mobilisés pour assurer la gestion de
la structure et il a fallu imaginer autre chose » souligne Virginie.
Pour respecter le cadre des mesures sanitaires, l’épicerie a fermé ses portes et un système de drive a été mis en place avec des formules de commande de courses adaptées. Pour Virginie et ses collègues Cresna et Amir « Ce fut une période intense et difficile physiquement qui a engendré beaucoup de fatigue et de stress. Il a fallu réaménager l’espace, trouver des solutions d’information pour permettre aux familles de composer leurs listes de courses, préparer les commandes rapidement surtout pour les personnes qui attendaient à l’extérieur… ».
Un surcroit d’activités qui a laissé peu de place au relationnel. « Nous étions juste sur l’essentiel pour satisfaire les demandes alimentaires. Ce fonctionnement a
généré des frustrations aussi bien pour nous que pour les familles dont certaines ne sont pas
revenues».Mais beaucoup ont apprécié la continuité du service de l’épicerie qui s’apprête à étendre ses activités aux étudiants grâce à une convention avec Epi’Campus.

> Télécharger la présentation